0 produits

Aucun produit trouvé
Utilisez moins de filtres ou supprimez-les tous

Le recueil: Distillerie Balblair

Sur les rives du Dornoch Firth

C'est la malchance de Balblair d'être situé à moins de 8 km de Glenmorangie, son voisin plus connu, et un peu à l'écart de la route principale vers le nord ; être en retard sur le marché du single malt et appartenir à l'une des plus petites entreprises de l'industrie, dépourvue de la force de commercialisation et de distribution de ses plus grands concurrents.

Mais rien de tout cela ne signifie que vous devriez l'ignorer, car il y a beaucoup d'intérêt à y trouver.

Quant à son histoire, les archives de la distillation ici remontent à 1749, peu de temps après la suppression de l'insurrection jacobite, bien que la distillerie revendique officiellement une date de 1790 pour sa fondation. Pendant environ 100 ans, elle a été exploitée comme une petite distillerie agricole typique par un certain James Ross et ses descendants. Ross est un nom de famille commun localement, et la distillerie fait grand cas du fait que quatre des sept employés actuels partagent le nom de famille. Charmant, mais tout à fait hors de propos bien sûr !

En 1894, Alexander Cowan, un marchand de vin d'Inverness, a repris la ferme et modernisé en profondeur la distillerie. L'année suivante, il était chargé de le déplacer d'un demi-mille au nord jusqu'à son emplacement actuel pour profiter du nouveau chemin de fer, qui apportait du charbon pour les alambics et la chaudière et de l'orge pour le maltage jusqu'à la voie d'évitement de la distillerie. Les bureaux actuels, l'alambic, la salle de brassage, le four et les granges étaient l'œuvre de Cowan, mais la production a cessé en 1911 et ne devait reprendre qu'après WW2.

En 1948, Robert James "Bertie" Cumming, un avocat de Banff, acheta la distillerie pour 48 000 £, pour ensuite la revendre en 1970 à Hiram Walker, la société devenue Allied Distillers. Ils ont au moins entrepris une nouvelle expansion, mais en 1996, la propriété est passée à Inver House Distillers, qui ont eux-mêmes été acquis par Pacific Spirits UK en 2001, société qui a fait l'objet d'une nouvelle acquisition en 2006 par International Beverage Holdings (InterBev), une société thaïlandaise de boissons. .

Phew! C'est déconcertant, mais ce processus de changement constant de propriétaire a affecté un certain nombre de distilleries moins connues d'Écosse - bien souvent, c'est pourquoi elles sont moins connues. D'une manière générale, leurs propriétaires ont tendance à avoir des intérêts importants dans les marques mélangées et sont heureux que les distilleries maintiennent un profil bas et continuent à fabriquer du single malt pour le mélange.

Tout cela a changé pour Balblair avec l'arrivée d'InterBev sur la scène. Ils ont vu la croissance rapide du marché du single malt et, avec au moins certains de leurs cadres supérieurs ayant une expérience de cette catégorie, ont vu le potentiel de Balblair.

Ils ont également vu que Balblair aurait besoin d'un point de différence pour se démarquer dans un marché de plus en plus encombré. Ainsi, en 2007, la décision a été prise de lancer Balblair en tant que single malt en utilisant des millésimes plutôt que des déclarations d'âge. À l'époque, cela aurait pu sembler un peu fantaisiste, mais cela ressemble à une décision marketing de plus en plus intelligente maintenant, car une grande partie du reste de l'industrie commence à manquer de stock à des âges spécifiques (généralement le whisky plus âgé) et a commencé à dire aux buveurs que quoi Ce qui compte vraiment, ce n'est pas l'âge du whisky, mais la façon dont il a été stocké et mélangé.

À ce stade, je devrais m'arrêter pour expliquer que même la plupart des "single malt" sont un mélange de différents fûts vieillis, bien qu'exclusivement d'une distillerie, et l'âge sur l'étiquette est l'âge du plus jeune whisky qui s'y trouve. Seul un single malt single cask peut donc vraiment être considéré comme non mélangé. Mais vous le saviez probablement, alors revenons à l'histoire.

Aujourd'hui, la distillerie propose une gamme de millésimes, allant du rare (et plutôt cher - c'est 3 500 $ - mais il y a moins de 1 000 bouteilles) 1969 au jeune 2002 (comptez environ 60-65 $).Il y a généralement 5 millésimes différents disponibles dans ce que la distillerie appelle sa gamme "principale", avec d'autres expressions exclusivement réservées aux points de vente détaxés. Il existe également des versions limitées occasionnelles.

Depuis le lancement de la gamme, la décision a été prise de supprimer tout ajout de caramel ; mettre en bouteille sans filtration à froid et maintenir la force à 46% vol à moins que, comme dans le cas du millésime 1969, la force du fût ne soit descendue en dessous de cette marque.

La distillerie est encore assez traditionnelle dans son fonctionnement et a conservé ses lavoirs en bois et ses entrepôts de fardage. Les alambics (il n'y en a que deux) sont de forme courte et trapue, capturant non seulement les esters fruités intenses au début de la coupe spiritueuse (donnant des caractéristiques d'abricots, d'oranges, d'épices, de fleurs et de pommes vertes) mais aussi les huiles plus lourdes à la finale donnant des caractéristiques de cuir, de noisette et de corps.

Balblair utilise un malt non tourbé et le style est épicé et fruité, avec un corps de poids moyen et une finale soutenue avec des notes de fumée. Chaque millésime est, bien sûr, différent, mais vous trouverez probablement beaucoup de notes de vanille, de zestes d'agrumes, de fruits frais et de caractère floral, laissant place à des saveurs complexes d'épices et de noisette. Si vous ne connaissez pas encore ce whisky, c'est certainement un whisky à explorer si vous aimez un dram bien élevé et bien équilibré qui se boit facilement tout en pouvant être savouré pour son goût complexe et en couches.

À explorer également, la nouvelle « maison de marque » dans le style Balblair de leur centre d'accueil. Cela a été ouvert fin 2011 et était un signe très bienvenu de l'engagement d'Inver House envers la marque. Ce n'est pas le plus grand ou le plus glamour des centres écossais, mais il peut être combiné lors d'une visite d'une journée avec un arrêt à Glenmorangie et à proximité de Clynelish (à environ 25 miles plus au nord). Si vous vous sentiez vraiment ambitieux, que vous aviez un chauffeur désigné et que vous pouviez commencer tôt, il est possible de conclure votre road trip dans une autre distillerie d'Inver House, Old Pulteney, à environ 80 km plus loin de Clynelish à Wick.

Ce serait quatre distilleries du nord des Highlands intéressantes et vraiment très différentes dans ce qui serait une visite fascinante, contrastant le Glenmorangie largement disponible avec trois voisins moins connus.

Si vous n'emportez rien d'autre avec Balblair, assurez-vous de ne pas repartir sans votre propre bouteille du fût de la maison de la marque : votre « millésime privé » et un souvenir d'une distillerie peu connue que vous ne négligerez plus.

© Ian Buxton 2013


.